Retour

Le sourçage, un outil fondamental pour l’acheteur public.

Depuis quelques années déjà, le sourçage est reconnu dans les marchés publics. Il se traduit par l’ Article R2111-1 dans le nouveau Code des marchés publics: « Afin de préparer la passation d’un marché, l’acheteur peut effectuer des consultations ou réaliser des études de marché, solliciter des avis ou informer les opérateurs économiques de son projet et de ses exigences. Les résultats de ces études et échanges préalables peuvent être utilisés par l’acheteur, à condition qu’ils n’aient pas pour effet de fausser la concurrence et n’entraînent pas une violation des principes de liberté d’accès à la commande publique, d’égalité de traitement des candidats et de transparence des procédures. »

Pour ce faire l’acheteur dispose de nombreux outils, solutions (outils juridiques, solutions logicielles, salons …). Cette phase de sourçage est essentielle pour une bonne définition du besoin. Néanmoins, quelques règles s’imposent.

Pour faire avancer et aider les structures publiques dans cette démarche, RESECO a organisé une webmatinale le 9 janvier dernier autour de 4 témoignages : 

Romain TOURNEREAU, Responsable du service Coordination de l’achat à Brest Métropole,

Nolwenn LE COUTURIER, Cheffe de projet pilotage et évaluation de la politique d’achat, et Anne-Charlotte DUCLOS, Cheffe du service politique d’achat à la Région Bretagne,

Benoit TARIS, Chef du service achat à la Ville de Niort,

Marta BRUGUERA I MIRONES, Directrice générale adjointe des achats centralisés, à La Generalitat di Catalunya.

Les quatre interventions ont permis de poser les bases d’une bonne démarche de sourçage, en insistant sur les précautions juridiques et déontologiques à respecter et ont permis de faire un focus sur des outils et solutions (salons, logiciel, questionnaire …).

Pour approfondir le sujet, vous trouverez la vidéo de la webconférence et les supports de présentation des intervenants dans la boîte à outils du centre de ressources, dans le dossier Webmatinale.